© 2014 Véronique Durieux
 

  • Twitter Clean
  • Flickr Clean

Je n'ai rien sur moi. 2016

21 gravures format 56 x 76 cm (dont 8 gravures en 3 exemplaires et 13 gravures "dérivées" exemplaire unique)

"

 

Le rêve prend une place prépondérante dans l’œuvre de Véronique Durieux.

Véronique est une rêveuse impénitente qui note ses rêves au réveil dans de petits carnets intimes où la narration entremêle textes et dessins. Des notations spontanées, faites de mots qui sont autant d’indices permettant de « retrouver » ces rêves. De cette hygiène nécessaire -un rêve non retranscrit s’évapore-, l’artiste a entamé depuis une quinzaine d’années la réalisation d’une série de livres entièrement imprimés en lithographie, tirés à tout petit nombre, dont chacun relate un rêve. Chaque livre comporte huit pages où le dessin est  mêlé à des textes souvent lapidaires et sibyllins. Le lecteur non prévenu s’y perd et peine à reconstituer l’écheveau surréel que l’artiste nous propose de démêler. Ainsi, le rêve garde son mystère à travers ces « instantanés », ces images fixes puisés dans l’imaginaire de l’artiste et ces mots notés au réveil... Très figuratif en apparence, ce travail possède ainsi une bonne part d’abstraction, ce qui sauve la pudeur de l’artiste, les territoires de l’intime conservant leur part de terra incognitae. Par contre, l’inconscient du spectateur est stimulé, à lui de projeter sa propre psyché sur ces flashs, les puissances du rêve de Véronique Durieux catalysant ainsi les puissances de l’imaginaire de ses (a)mateurs.

Thierry Blanchon (extraits)

Juin 2016