© 2014 Véronique Durieux
 

  • Twitter Clean
  • Flickr Clean

Verdures sur lin. 2013

Série de 11 pièces peintes sur toile de lin, avec verdures anciennes cousues.  

 

Cette série, plus riante, est réalisée à partir de morceaux de tapisseries anciennes du XVIII ème ou parfois XVII ème siècle chinés aux puces. Lorsque je les ai trouvés, je  savais que j'allais en faire quelque chose, j'avais pensé à un moment les introduire dans mes sculptures. 

J'ai finalement décidé d'exploiter les motifs de ces morceaux de tapisserie, pour les prolonger par un dessin. Je les fixais sur le lin en les cousant. Au grès des images qu'ils m'inspiraient, je dessinais avec de l'acrylique noir. J'y cousais des pampilles évoquant la lumière ou l'eau et dans deux d'entre elles (j'ai séché mes larmes, sa jupe un buisson) du fils rouge. Je faisais dire à ces morceaux de toile ce que je ne savais pas encore, la joie d'une renaissance, un éveil à l'amour, à la vie. 

Dans cette série la femme a quitté son arbre, elle a quitté le loup après tant d'années. Elle l'a quitté pour l'homme. Un homme qui porte parfois des cornes de cervidé (j'étais en train de réaliser dans le même temps la série de sculptures de plâtre et de corne). Dans des évocations de joie  et d'érotisme teintées de tristesse lorsqu' il est question d'abandon (l'arbre déraciné, reflets dans les nénuphars), ou de menace (sa rose), les portes s'ouvrent vers une guérison (laisser l'écorce).